SophieHusson/ mars 16, 2018/ Numérique

Nous traversons une période de transition et les usages évoluent profondément. Les smartphones remplacent l’ordinateur dans notre vie quotidienne, les objets et les paiements connectés se développent et les réseaux sociaux se renouvellent en proposant des services complémentaires. Ces mutations offrent de nouvelles perspectives à l’innovation digitale.

Plus d’expériences personnalisées, mais aussi plus de libertés individuelles

Un paradoxe entre usages et attentes émerge : les consommateurs demandent de plus en plus d’expériences sur mesure, ce qui nécessitent l’enregistrement de nombreuses informations personnelles, tandis que l’intrusion parfois maladroite des marques et les affaires de divulgation de données confidentielles les poussent à la méfiance.

Dans un contexte où les attentes des consommateurs se font de plus en plus grandes, Vanksen proposait sa vision pour guider les marques dans son étude Tendances digitales en 2015.

Tendances numériques 2018 des experts

La voix et les images s’imposeront-elles comme les principales tendances, reléguant la saisie manuelle au second plan et bouleversant les standards de l’expérience utilisateur (UX et UI) ? La prédominance de la vidéo est-elle partie pour durer ? Les téléchargements et le développement d’applications vont-ils s’amplifier, dont les applications de réalité virtuelle ? Et quid des applications d’entreprise ? Face à l’enjeu de la sécurité, le développement applicatif va-t-il se concentrer sur les stratégies de sécurité, avec des accès privés protégés par mot de passe et une évolutivité aisée ?

Des spécialistes du numérique confient leur point de vue sur les tendances numériques et mobiles.

Victoire du téléphone mobile

Les achats, le social networking, les services de la vie quotidienne seront opérés sur les téléphones et plus sur PC ou tablette.

Les réseaux télécoms deviennent de plus en plus fiables et rapides, le prix des data baissent, les téléphones plus performants que nos PC et que nos appareils photos et de nouveaux services naissent sur les terminaux mobiles : paiement, gestion des accès, traduction, IA.

Les nouveaux acteurs du web abandonnent progressivement le développement d’interface Web pour délivrer uniquement des services adaptés à l’ergonomie des téléphones.

Applications d’entreprise évolutives : sécurité et consolidation

Les applications d’entreprise deviennent hautement stratégiques.

Face à la multiplication des failles de sécurité, il deviendra primordial d’investir dans des services applicatifs privés et protégés par mot de passe, parfaitement intégrés dans leur infrastructure informatique. Ils permettront d’être plus productif, de faire plus avec moins, tout en répondant à des besoins internes comme la productivité, le partage, la formation, l’accueil des nouvelles recrues et les communications internes et externes.

Technologies marketing

Les technologies marketing (« martech ») continuent de se développer. Toutefois, ce secteur compte trois grands « sous-secteurs » — le marketing B2B, le marketing B2C et les technologies publicitaires ont tous leurs spécificités.

Les entreprises B2B dépensent beaucoup plus pour les ventes frontales que pour le marketing selon un ratio de 10:1. À l’inverse, celles du B2C dépensent beaucoup plus pour le marketing que pour les ventes selon un même ratio.

Publicité Facebook et Google

Avec une audience et des possibilités de placement publicitaire aussi vastes, Facebook et Google continueront de grignoter des parts sur le marché de la publicité, et les éditeurs d’applications mobiles délaisseront de plus en plus les autres réseaux publicitaires. Surtout en matière de vidéo.

Acquisition, monétisation et fidélisation des utilisateurs d’application

1. Acquisition d’utilisateurs

Les développeurs d’applications se tourneront vers ce que l’on appelle les échanges d’utilisateurs, troquant leur propre audience contre celle d’un autre développeur (cf. Chartboost).

2. Monétisation

Nouvelles sources de revenus : vos propres données utilisateur placées sur des places de marché comme Adsquare. Les autres éditeurs utilisent vos segments d’audience pour acquérir des utilisateurs (sans divulguer les identifiants de vos utilisateurs, bien sûr).

3. Fidélisation

Si quelqu’un déclenche un événement dans votre application ou jeu, puis le quitte ou le ferme, un robot peut faire revenir les utilisateurs. Toutes les plates-formes de messagerie intègrent ce type de modules CRM.

 

Les utilisateurs sont prêts à envisager un acte d’achat (plus facilement que les années précédentes), mais pas pour n’importe quoi. On veut quelque chose qui apporte vraiment un intérêt. C’est donc, là encore, le contenu qui est l’enjeu.

Parmi les points positifs, passionnants à explorer, il y a la vidéo, qu’elle soit classique, ou VR, interactive, 3D, ou narrative. Et il s’agit là d’un support majeur, pour lequel les outils numériques sont encore à leur tout début. Je pense aussi à des domaines éditoriaux possibles comme les « non fiction books », le journalisme narratif, les nouveaux territoires littéraires et journalistiques, qui se prêteraient particulièrement bien aux outils du digital. Et en France, personne n’a encore tenté d’explorer ces far-west.

En termes de création et de publication numérique, tout reste encore à inventer, à imaginer, et heureusement les générations millenium qui arrivent sauront s’en emparer sans complexe, repoussant les frontières sans frilosité. Il me tarde de voir ce qui va en venir… Alors vive 2108 ! Vincent Suzat, Electric News

Sources : Tendances numériques

Tendances numériques

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.